En bas de l'image vous avez une vue d'ensemble de la plaine du Sub-Aventin et du mont Testaceus. En bas, à gauche, la courbe du Tibre qui, va rejoindre le port d'Ostie. Une construction dense d'entrepôts, d'Insulæ et de domus, telle se présente la région de la plaine Sub-Aventine.












Ce n'est qu'après avoir contourné les Thermes de Decius que la colline de l'Aventin commence une lente descente jusqu'à la plaine. Au centre de l'image on devine le Vicus Platanonis qui permet le lien entre le sommet et la plaine en une longue descente en pente douce et le Vicus Amilustri qui longe la partie ouest de l'Aventin. Des domus magnifiques se sont construites dans cette région favorisée par des sites spectaculaires. Près des Thermes et du bois sacré de Stimula a ,Flavius Iulius Quartus y fit construire sa Domus b; la Maison des Pactumei c, véritable palais, dont la vue devait s'étendre sur toute la plaine, devait quand même s'accommoder d'un grand pan du mur Servien m qui, intact à cet endroit , longeait les bords de la falaise. De l'autre côté du Platanonis d, un boisée d'arbustes courts qui a donné son nom au Vicus, et que voisine la Maison des Suærii e.





La partie sud du Sub-Aventin abritait également de splendides demeures dont, la plus importante, semble être celle de Valérius Potitus a, qui fut probablement un des nombreux consuls de la famille des Valerii durant l'Empire. La deuxième domus à signaler est la maison des Æmelii b. Les Æmilii, ou gens Æmilia, constituent l'une des familles les plus importantes de l'histoire romaine. A proximité de la Maison des Æmelii, voici la maison de Suetrius Sabinus, c, consul en 214. L'ancien mur servien, qui contournait l'Aventin au moment de sa construction, laissait voir sous Constantin des pans de murs entiers debout, ou à moitié effondrés, dont la porte Laverna, d (porta Lavernalis) avec une seule porte intacte qui monte encore la garde dans la pente du Vicus Platanonis. Traversant le Vicus Portæ Raudusculanæ , la porte Porte Raudusculana e (Porta Raudusculana), dont les murs adjacents sont passablement abîmés.





La Plaine Sub-Aventine était traversée par la Via Ostiensis qui reliait les rives du Tibre avec la Porte d'Ostie. C'était donc une voie importante de communication. Pour les contemporains, la Via Ostiensis devait paraître bourdonnante d'activités avec tous ces entrepôts à proximité car ceux-ci devaient générer un va et vient continuel. Pourtant quelques insulæ ( il y en avait partout à Rome ) voisinaient ces entrepôts ainsi qu'une importante Domus, la Maison et les jardins d'Aurelius Cotta à droite de la Via Ostiensis. Est-ce le Consul de 75 qui fut l'un des plus brillants orateurs de son temps selon Cicéron (Brutus, § 202-210)? Nous n'en sommes pas certains mais s'il est bien le même il serait alors l'oncle maternel de César. À gauche de la Via Ostiensis et à mi-chemin du Mont Testaceus, deux stèles funéraires allégeaient la lourdeur des constructions, le Cippe Pomérial de Claude et celui de Vespasien ( qui est hors champs de la maquette ).










Tout près des grands portiques et du Tibre s'élevait un monticule appelé Testaceus qui aurait été formé artificiellement par l'entassement, sous l'Empire, de débris d'amphores provenant des ports du bord du fleuve. C'est cette masse qui apparaît en bas de l'image.










Le quadrilatère compris entre le Tibre, à gauche, le mont Testaceus, à droite, et le Porticus Æmelia, en haut de l'image, n'était pratiquement occupé que par des entrepôts (a) afin d'emmagasiner toutes les denrées qui arrivaient par le port d'Ostie. Les entrepôts les mieux identifiés sont ceux de Lollius (c) ( Horrea Lolliana ) et ceux de Seius (d) ( Horrea Seiana ). Enfin des thermes (b), comme il y en avait tant à Rome, se retrouvent même parmi ce quartier commercial.